AccueilBon à savoirEuropéennes 2019Actualité

Actualité

Cette section contient les dernières nouveautés concernant les prochaines élections européennes

Aucun français parmi les 10 eurodéputés les plus influents du parlement sortant

Un classement des eurodéputés les plus influents est établi et actualisé régulièrement par Vote Watch Europe, la plus grande base de données sur la politique Européenne. Le classement est établi selon leur niveau d’implication dans des activités de leadership, de rapport ainsi que présence dans l’hémicycle et de participation aux votes. On y retrouve ainsi en tête les présidents de groupe ou de commissions parlementaires, les rapporteurs fréquents et les membres les plus actifs du parlement.

La France est le mauvais élève, avec son premier représentant, l’eurodéputée Sylvie Guillaume, positionnée seulement à la 41ème place du classement, dont voici les 10 premiers de tête:

1 – Antonio Tajani (Italie) – Président du parlement européen

Né le 4 août 1953 à Rome, Antonio Tajani est un homme politique Italien et membre fondateur du parti Forza Italia. Il est eurodéputé depuis 1994 au sein du groupe PPE, et est élu à la présidence du parlement européen le 17 Janvier 2017.

2 – Manfred Weber (Allemagne) – Président du groupe PPE au parlement européen

Né le 14 Juillet 1972 à Niederhatzkofen, Manfred Weber est un homme politique allemand membre de l’Union chrétienne-sociale (CSU) en Bavière. Il est eurodéputé depuis 2004 et accède à la présidence du groupe du PPE au parlement européen en 2014.

3 – Udo Bullmann (Allemagne) – Président du groupe S&D au parlement européen

Né le 8 juin 1956 à Giessen, Udo Bullmann est un homme politique Allemand membre du Parti social-démocrate (SPD). Il est eurodéputé depuis le 13 juin 1999. Il est élu président du groupe du S&D au parlement européen en 2018 suite à la démission de Gianni Pittella.

 4 – Guy Verhofsdadt (Belgique) – Président du groupe ALDE/ADLE au parlement européen

Né le 11 avril 1953 à Termonde, Guy Verhofsdadt est un homme politique belge et ancien premier ministre du royaume de Belgique. Il est eurodéputé depuis le 30 juin 2009 et devient président du groupe ALDE/ADLE au parlement européen à la même année.

5 – Roberto Gualteri (Italie) – Président de la Commission des affaires économiques et monétaires

Né le 19 juillet 1966 à Rome, Roberto Gualteri est un membre du parti du Parti démocrate (PD). Il est eurodéputé S&D depuis 2009 et devient Président de la Commission des affaires économiques et monétaires en 2014.

6 – Inés Ayala Sender (Espagne) – Coordinatrice politique du groupe pour la commission du contrôle budgétaire

Née le 28 mars 1957 à Saragosse, Inés Ayala Sender est une femme politique Espagnole membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Eurodéputée depuis 2004, elle fait partie du S&D et occupe le poste de coordinatrice politique du groupe pour la commission du contrôle budgétaire.

7 – Gabriel Mato (Espagne) – Coordinateur politique du groupe pour la commission de la pêche.

Né le 29 avril 1961, Gabriel Mato Adrover est un homme politique membre du parti populaire Espagnol. Il est eurodéputé au sein du PPE depuis 2009 et occupe le poste de coordinateur politique du groupe pour la commission de la pêche.

8 – Jerzy Buzek (Pologne) – Président de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie.

Né le 3 juillet 1940 à Smilovice, Jerzy Buzek est un homme d’état et ancien président du conseil des ministres Polonais. Eurodéputé PPE depuis 2004, il a également été le président du parlement Européen issu d’un pays de l’ex-URSS de 2009 à 2012. Il est actuellement président de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie.

9 - Eider Gardiazabal Rubial (Espagne) – Coordinatrice politique du groupe pour la commission des budgets.

Née le 12 juillet 1975 à Bilbao, Eider Gardiazabal Rubial est une femme politique Espagnole. Elle est eurodéputée membre du S&D depuis le 14 juillet 2009. Elle est par ailleurs coordinatrice politique du groupe pour la commission des budgets.

10 – Othmar Karas (Autriche) – Président de la Délégation à la commission de coopération parlementaire UE-Russie

Né le 24 décembre 1957 à Ybbs en der Donau, Othmar Karas est un homme politique autrichien membre du Parti populaire autrichien (ÖVP). Il est eurodéputé membre du PPE depuis 1999. Il est actuellement président de la Délégation à la commission de coopération parlementaire UE-Russie.

Pour le classement complet, voir: http://www.votewatch.eu/blog/ranking-by-influence/ 

 

Passage de 8 circonscriptions à une circonscription nationale unique

Suite à un projet de loi promulgué le 26 juin 2018 (disponible ici), les élections européennes en France passent d’un scrutin sur 8 circonscriptions interrégionales à un scrutin à circonscription unique pour l’ensemble du territoire Français.

La France rejoint ainsi la majorité des pays de l’Union Européenne. Seuls la Belgique, l’Italie, le Royaume-Uni et l’Irlande organisent encore les élections européennes selon un scrutin régional, l’Allemagne utilisant un modèle mixte.

Le projet de loi a suscité un large consensus auprès de l’ensemble de la classe politique Française, excepté chez Les Républicains qui dénonçaient durant sa proposition une manipulation électorale en faveur du parti au pouvoir LREM.

 

Redistribution des sièges suite au Brexit

Le 13 juin dernier, le parlement européen a donné son accord à une décision de réduction du nombre de députés ainsi qu’une redistribution d’anciens sièges du Royaume-Uni à d’autres états membres.

Jusqu’à lors le parlement européen comptait 751 sièges, nombre maximum prévu par les traités de l’UE.

Suite au changement, 27 des 73 sièges du Royaume-Uni seront répartis entre les autres Etats membres, tandis que les 46 sièges restants seront mis en réserve dans la perspective de nouveaux élargissements de l’UE. Il y aura donc 705 députés à élire en 2019.

Pas de perdants

La redistribution garantit qu’aucun Etat membre de perdra de sièges.

Par ailleurs, certains d’entre eux gagneront jusqu’à 5 sièges afin de remédier à la sous-représentation suite à certains changements démographiques.

La décision suit le principe de « proportionnalité dégressive » en prenant en compte la population des états membres. Les députés des plus grands pays représenteront plus de citoyens que les députés des plus petits pays. De cette façon, les députés issus des plus petits pays auront une présence relativement forte au parlement européen.

La nouvelle répartition n’entrera en force qu’après le Brexit acté, ce qui devrait se produire fin Mars 2019.