AccueilVilles sur le grillTriangulaire en 2014Municipales 2020 – Lille

Municipales 2020 – Lille

227 533 habitants, préfecture du Nord (59)

1. Température du grill pour les élections municipales de 2020

Alternance en 2014 -
Alternance en 2008 -
Triangulaire ou quadrangulaire 2e tour en 2014 X
Courte victoire en 2014 -
Faible

Notre analyse

Lille est un bastion traditionnel de la gauche, cependant, Martine Aubry ne sort pas renforcée des dernières municipales. Elle ne réunit que 34% des suffrages au premier tour et fait face à un Front National à 18% au second tour dans une triangulaire avec la droite. De plus, l’intercommunalité dont Lille est la ville centre est passée à droite bien que Lille reste à gauche, privant ainsi Martine Aubry d’une partie considérable de son pouvoir d’action.

Election départementale 2015

Les nouveaux cantons comprenant une partie de la ville pour l’élection départementale 2015 :

– Canton Lille-1 : La Madeleine, Marquette-lez-Lille, Saint-André-lez-Lille, Wambrechies
– Canton Lille-2 : Bondues, Marcq-en-Barœul, Mouvaux
– Canton Lille-3 : Mons-en-Barœul
– Canton Lille-4 : Lezennes et Ronchin
– Canton Lille-5 : Uniquement une partie de Lille
– Canton Lille-6 : Beaucamps-Ligny, Englos, Ennetières-en-Weppes, Erquinghem-le-Sec, Escobecques, Hallennes-lez-Haubourdin, Loos, Santes, Sequedin

2. Maire actuel

Martine Aubry (PS)

3. Alternance depuis 1955

– Augustin Laurent (PS : 1955 – 1973)
– Pierre Mauroy (PS : 1973 – 2001)
– Martine Aubry (PS : 2001 – en cours)

4. Résultats des dernières élections nationales et locales

Municipales

2nd tour

Liste conduite par Voix % inscrits % exprimés
M. Eric DILLIES (FN) 10198 8,42 18,22
Mme Martine AUBRY (Gauche) 29125 24,07 52,05
M. Jean-René LECERF (Droite) 16626 13,74 29,71

1er tour

Liste conduite par Voix % inscrits % exprimés
M. Eric DILLIES (FN) 9557 7,90 17,15
Mme Nicole BAUDRIN (Ext. Gauche) 821 0,67 1,47
Mme Martine AUBRY (Gauche) 19422 16,05 34,85
M. Hugo VANDAMME (Front de Gauche) 3437 2,84 6,16
M. Jan PAUWELS (Ext. Gauche) 611 0,50 1,09
M. Alessandro DI GIUSEPPE (Ext. Gauche) 1978 1,63 3,55
M. Jean-René LECERF (Droite) 12667 10,47 22,73
M. Jacques MUTEZ (Divers Gauche) 1047 0,86 1,87
Mme Lise DALEUX (Ecologiste) 6176 5,10 11,08

5. Sociologie de la ville

Catégories professionnelles Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle – INSEE

Cadres et professions libérales 13,8%
Professions intermédiaires 16,3%
Employés 15,6%
Ouvriers 10,1%
Retraités 19,6%
Autres personnes sans activité professionnelle 22,2%

6. Histoire et économie

Lille aujourd’hui

Economie et politique de développement

Leviers de dynamisme économique :

  • Emergence de filières fortes
    • Secteur primaire: Avec 33 000 ha consacré à l’agriculture (44 % du territoire pour la communauté urbaine), Lille Métropole est la métropole la plus rurale de France. La production est céréalière, fourragère, légumière (maraîchers…) et animale.
    • Industrie :
      • Agro-alimentaire
        • Brasserie : Si les grandes brasseries locales de bière ont disparu, cette activité est toujours présente avec des brasseurs internationaux tel Heineken à Mons-en-Barœul.
        • Confiserie : Sur la métropole, ce secteur est représenté par Lamy-Lutti via la Pie qui chante (uniquement en termes de production), mais surtout par la société Delespaul-Havez créatrice du Carambar basée à Marcq-en-Barœul.
      • Textile : Premier pôle textile de France
    • Secteur tertiaire:
      • Logistique
        • Le secteur emploie plus de 20 000 personnes.
      • Finance
        • La métropole est aujourd’hui encore la troisième place financière de France.
        • Banque de détail : Cette activité s’est développée à Lille, siège de la Banque Scalbert Dupont (groupe CIC) et du Crédit Mutuel Nord. Le groupe Banque populaire Nord est installé à Marcq-en-Baroeul.
        • Banque privée : En raison de la présence de grandes fortunes dans la région, des établissements se sont développés sur ce secteur de gestion d’actifs (souvent des filiales des banques ci dessus)
        • Crédit à la consommation : avec Cofidis, Cetelem ou Accord (groupe Auchan), la métropole est le premier centre européen du crédit à la consommation.

 

  • Mise en réseau des entreprises innovantes
    • Notamment : EuraTechnologies, le Pôle d’excellence économique dédié aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) de la métropole lilloise. Ce parc d’activités regroupe et fédère des acteurs du monde de la recherche, de l’enseignement supérieur et des acteurs économiques dans le domaine des TIC (startups, TPE, PME, grandes entreprises françaises et étrangères). Ouvert depuis 2009, il accueille en 2015 environ 140 entreprises, représentant près de 2300 emplois.

 

  • Pôles de compétitivité
    • Cinq pôles de compétitivité sont implantés en tout ou partie sur Lille Métropole : « Nutrition, Santé, Longévité » ; «Matériaux à usage domestique ; « I Trans » ; « Industrie du commerce »; « Up Tex » qui s’appuie sur la tradition textile innovant.

 

  • Accessibilité ferroviaire et aéroportuaire
    • Idéalement située au cœur du triangle Paris-Londres-Bruxelles, Lille est en tête des destinations stratégiques européennes, et a su mettre sa situation géographique à profit en développant son réseau ferroviaire. Chaque jour, en train : 25 trajets vers Paris (1h), 9 trajets vers Londres (1h20), 15 trajets vers Bruxelles (35 minutes).
    • L’aéroport international de Lille-Lesquin dessert plus de 70 destinations nationales et internationales. Lille est également proche de 2 grands aéroports internationaux : Paris – Charles de Gaulle (50 min) et Brussels Airport (50 min).

 

Chiffres clés – critères de dynamisme économique :

Selon le Palmarès 2012 des villes championnes du dynamisme établi par le Journal des entreprises, Lille arrive à la 10è place, et fait partie des villes qui « cherchent à réorienter leur développement économique, dépendant pendant des lustres de l’industrie lourde ».

  • Points positifs
    • Evolution de la population : 228 652 habitants en 2012, soit une augmentation de 1,3% par rapport à 2007.
    • Evolution du nombre d’emplois : entre 2007 et 2012, augmentation de 3%.
    • Evolution du nombre de cadres : entre 2007 et 2012, le nombre de cadres a augmenté de 2,1 points (passant de 12,9% de la totalité des actifs à 15%).
    • Solde migratoire (nouveaux habitants par an) : en 2012, 27 785 personnes résidant à Lille avaient un lieu de résidence hors de la commune un an auparavant, dont 10 099 dans une autre région.
    • Nombre d’entreprises : 15 263 en janvier 2013
    • Nombre d’entreprises créées en 1 an : 2 597 en 2013, soit une augmentation de 1,5% par rapport à 2012.
  • Point négatif
    • Salaire net horaire moyen : 13,5€ en 2012 (13,9€ au niveau national)

Grandes entreprises

De nombreuses directions régionales de grandes banques se sont implantées à Lille, parfois de façon importante comme Crédit lyonnais qui a fait bâtir une tour à Euralille, où la Caisse d’épargne Nord France Europe a inauguré sa propre tour en 2007.

Le domaine de l’assurance est aussi très bien représentée. La Mondiale, Lloyd Continental, l’Union Générale du Nord et Vauban Humanis ont installé leur siège social à Lille. AXA, Cardif, la CNP, le GAN, Groupama ou la Macif y ont également installé une délégation régionale.

Mauvaises nouvelles

La rapidité de la restructuration du tissu industriel de la ville se traduit par un taux de sans emploi supérieur à la moyenne nationale depuis la fin des années 1970, en particulier parmi les populations ouvrières. La ville peut donc être qualifiée d’inégalitaire.

L’avis de la presse

Selon le classement 2014 publié par L’Extension des villes les plus « business friendly », Lille arrive à la deuxième place. (Ce classement prend en compte la taille de la population, le niveau des infrastructures, de l’écosystème et de la formation).

 

Lille au XXè siècle

Tournant 1900: Symboles de réussite

Si l’ensemble des richesses est multiplié par 5 entre 1850 et 1914 grâce à l’essor industriel, elles restent inégalement réparties entre les différentes catégories sociales.

Première Guerre Mondiale

A la fin de la première guerre mondiale, les destructions sont importantes : plus de 1000 maisons ont été détruites, plus de 11 000 endommagées par les bombardements de 1914. En 1916, un court-circuit enflamme l’hôtel de ville, qui en sort presque complètement détruit.

Deuxième Guerre Mondiale

Le centre-ville de Lille a été plutôt épargné par les raids aériens durant l’occupation allemande. En revanche, les faubourgs ont subi de nombreuses attaques. Les cibles les plus touchées sont les usines métallurgiques de Lille-Fives, les ateliers de la SNCF de Hellemmes, la gare de triage de Lille-Délivrance, les filatures du quartier de Moulins, ainsi que les complexes chimiques Kuhlmann de Loos et de Marquette.

Reconstruction

Après la Seconde Guerre mondiale, la ville se reconstruit sur ses industries traditionnelles (dont le textile). La reprise économique est par ailleurs lente même si la ville accueille l’Exposition internationale du textile en 1951.

 

Lille au XIXè siècle

Industrialisation

Pendant la première moitié du XIXè siècle, Lille devient un grand centre industriel, à la fois textile et métallurgique. Principal pôle de production française de coton et de lin, une vingtaine de filatures sont installées dans le cœur historique et dans les nouveaux quartiers. Dans le secteur métallurgique, la Compagnie de Fives-Lille, créée en 1861 et spécialisée dans la fonderie de gros ouvrages métalliques et la production de locomotives, en est le parfait exemple. Etendue sur 15 hectares d’ateliers, elle emploie plusieurs milliers d’ouvriers.

Urbanisation, équipements et administration

Si Lille est considérée comme « la plus belle des citadelles d’Europe » au milieu du XIXè siècle, elle souffre rapidement d’un manque de place suite au développement de son tissu industriel. Pour remédier à ce problème, les communes de Moulins, Fives, Wazemmes, Esquermes et du faubourg de Saint-Maurice des Champs sont annexées à la ville en 1858. Une nouvelle ligne d’enceinte de 12 km, intégrée aux anciennes fortifications du XVIIè siècle, est construite pour mieux intégrer ces quartiers dans le nouveau tissu urbain. Par ailleurs, à la suite de l’extension démographique forte et en réponse aux problèmes d’insalubrité, la ville met en place une politique générale d’amélioration des conditions de vie, en construisant notamment des bâtiments neufs et salubres, et met en œuvre un programme d’assainissement des eaux grâce à l’installation entre 1858 et 1888 d’un réseau d’égouts de 50km. L’eau potable est également mise à disposition à la fin du XIXè. D’autre part, le nouveau centre urbain, déplacé vers l’actuelle Place de la République, connaît une vague de constructions, notamment la nouvelle Préfecture en 1865. S’en suivra une longue série de constructions de nouveaux bâtiments, comme le Palais des Beaux Arts et l’Opéra.

Chemin de fer et tramway

Au XIXè siècle, l’actuelle gare Lille-Flandres est construite, entraînant le percement d’une artère, et entraîne une transformation radicale de la physionomie du quartier. La ligne Paris Nord-Lille est inaugurée en 1846, et devient la première ligne reliant Paris à un pays limitrophe, la Belgique. En 1902, la première ligne électrique de tramway est installée et relie la façade de l’Esplanade à la Porte de Douai. Elle remplace alors la traction à cheval.