Amiens

133 448 habitants, préfecture de la Somme (80)

1. Température du grill pour les élections municipales de 2020

Alternance en 2014 X
Alternance en 2008 X
Triangulaire ou quadrangulaire 2e tour en 2014 X
Courte victoire en 2014 -
Elevée

Notre analyse

La ville, longtemps détenue par le centre droit, est passée au centre gauche en 2008 grâce à une victoire sans appel de Gilles Demailly. En 2014, la gauche réalise un score inférieur de 23 points à celui de 2008, permettant le retour de la droite derrière Brigitte Fouré, qui remporte l’élection municipale à la majorité absolue des suffrages au second tour.

Election départementale 2015

Les nouveaux cantons comprenant une partie de la ville pour l’élection départementale 2015 :

– Canton Amiens-1 : Uniquement une partie d’Amiens
– Canton Amiens-2 : Allonville, Bertangles, Cardonnette, Coisy, Montonvillers, Poulainville, Querrieu, Rainneville, Saint-Gratien, Villers-Bocage
– Canton Amiens-3 : Aubigny, Bussy-lès-Daours, Camon, Daours, Lamotte-Brebière, Rivery, Vecquemont
– Canton Amiens-4 : Blangy-Tronville, Cachy, Gentelles, Glisy, Longueau, Villers-Bretonneux
– Canton Amiens-5 : Boves et de Cagny
– Canton Amiens-6 : Dury, Hébécourt, Rumigny, Sains-en-Amiénois, Saint-Fuscien
– Canton Amiens-7 : Pont-de-Metz, Saleux, Salouël, Vers-sur-Selles

2. Maire actuelle

Brigitte Fouré (Nouveau Centre) a retrouvé son siège de maire grâce à une liste soutenue par la droite et le centre.

3. Alternance entre 1989 et 2014

-Gilles de Robien (UDF : 1989 – 2002)
-Brigitte Fourré (UDF : 2002 – 2007)
-Gilles de Robien (UDF : 2007 – 2008)
-Gilles Demailly (PS : 2008 – 2014)
-Brigitte Fouré (Nouveau Centre : 2014 – actuellement)

4. Résultats des dernières élections nationales et locales

Municipales 2014

Résultats du 2nd tour

Voix % inscrits % exprimés
Mme Brigitte FOURÉ (Droite) 19062 25,79 50,38
M. Yves DUPILLE (FN) 5981 8,09 15,80
M. Thierry BONTÉ (Gauche) 12788 17,30 33,80

Résultats du 1er tour

Voix % inscrits % exprimés
Mme Brigitte FOURÉ (Droite) 16533 22,36 44,79
M. Mohamed BOULAFRAD (Divers Gauche) 520 0,70 1,40
M. Cédric MAISSE (Parti de Gauche) 3273 4,42 8,86
M. Yves DUPILLE (FN) 5739 7,76 15,54
M. Thierry BONTÉ (Gauche) 9098 12,30 24,65
M. Bruno PALENI (Ext. Gauche) 944 1,27 2,55
M. Nicolas BELVALETTE (Divers Gauche) 801 1,08 2,17

Présidentielles 2012

1er tour 

Rouen Moyenne nationale
François Hollande (PS) 33,74% 28,63%
Nicolas Sarkozy (UMP) 22,60% 27,18%
Marine Le Pen (FN) 16,56% 17,90%
Jean-Luc Mélenchon (FG) 13,00% 11,11%
François Bayrou (MoDem) 8,37% 9,13 %

2ème tour 

Amiens Moyenne nationale
François Hollande (PS) 59,85% 51,62%
Nicolas Sarkozy (UMP) 40,15% 48,38%

Législatives 2012

2ème tour 

Amiens 1ère Circonscription
Pascale Boistard (PS) 67,28%
Stéphane Decayeux (UMP) 32,72 %

 

Amiens 2ème Circonscription
Barbara Pompili (EELV) 50,83%
Olivier Jardé (NC) 49,17 %

Cantonales 2011

Nombre de cantons renouvelables : 4

2ème tour 

Amiens
Jean-Pierre Tetu (EELV) 56,4%
Marc Thuilot (UMP) 43,6%

Municipales 2008

2ème tour 

  Résultats
Gilles Demailly (PS) 56,21%
Gilles de Robien (UMP) 43,79%

5. Sociologie de la ville

Catégories professionnelles Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle – INSEE

Cadres et professions libérales 9,1%
Professions intermédiaires 14,2%
Employés 17,4%
Ouvriers 12,3%
Retraités 19,9%
Autres personnes sans activité professionnelle 25,3%

Notre analyse : un fort pourcentage d’ouvriers, chose plutôt rare pour une ville de cette importance

6. Histoire et économie

Amiens aujourd’hui

Economie et politique de développement

À la fois pôle industriel et pôle de services, Amiens bénéficie d’un vivier de main d’œuvre important, d’un bassin d’emplois de plus de 350 000 habitants et de nombreuses formations professionnelles.

Depuis le milieu des années 1990, la ville essaye de se convertir à l’économie d’Internet et de la téléphonie. De nombreux centres d’appels (Intracall center, Coriolis France,Médiamétrie) ont ouvert principalement grâce à des aides de la ville, de la région ou de l’État. La société de service en informatique Unilog (maintenant Logica) a installé un centre de service à Amiens (le CSA).

 

Grandes entreprises

Procter et Gamble, s’est implanté à Amiens en 1964 pour y produire du savon et inaugure sa nouvelle unité de détergents en 1966. Établie sur plus de 45 ha, c’est l’une des plus grandes usines dans le monde pour les produits d’entretien du linge (Ariel, Dash, Bonux, Gama) et de la maison (Monsieur Propre, Febreze). Sa production est destinée à plus de 85 % à l’export. L’usine d’Amiens emploie environ 930 personnes. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, une bonne partie de l’économie de la ville était liée à l’équipement automobile avec des sociétés comme Valeo, les pneus Goodyear et Sumitomo-Dunlop.

 

Mauvaises nouvelles

En 2003, Dunlop est rachetée par l’américain Goodyear, ces deux sociétés traversent fin 2007 et début 2008 une crise profonde, le siège central, aux États-Unis, ayant « proposé » aux ouvriers une modification de leur temps de travail et du nombre de postes, qui fut refusé par le personnel à un fort pourcentage. En 2014, l’usine annonce sa fermeture. Un an plus tard, seuls 10% des anciens salariés sont dans une situation pérenne. Environ 600 salariés, soit 50% de ceux qui ont touchés par le plan social, n’ont trouvé aucune solution.  Les élus d’Amiens soutiennent aujourd’hui la convention de revitalisation signée entre l’Etat et Goodyear, permettant l’investissement de 6 millions d’€ pour réindustrialiser le site d’Amiens Nord. Quant à la CGT, elle envisage de reprendre l’activité de fabrication de pneus agraires, en montant une Société coopérative et participative (SCOP), composée par les salariés eux-mêmes, puisqu’il n’y a pas de repreneur. Cette dernière option permettrait de sauver plusieurs centaines d’emplois.

 

L’avis de la presse

Le magazine l’Entreprise a élu Amiens « Ville la plus attractive de France » pour les entreprises (catégorie moins de 200 000 habitants) en 2009 et 2007. Elle a terminé seconde en 2010, 2008 et 2006. Le magazine Challenges a par ailleurs désigné Amiens « Ville la mieux gérée de France » (catégorie grandes villes de plus de 100 000 habitants) en 2011, 2010 et 2006.

 

Amiens au XXè siècle

Tournant 1900: Symboles de réussite

Au début du XXè siècle, Amiens est une ville animée, riche d’activités sportives et culturelles. En témoignent l’exposition internationale qu’elle organise en juillet et août 1906 au parc de la Hotoie avec ses 1,3 millions de visiteurs ou encore le Grand Prix automobile de France de 1913 et ses 100 000 spectateurs. Sa population a doublé entre 1800 et 1900 en passant de 41 000 à plus de 90 000, ce qui lui valu d’être classée 10ème ville de France au début du XXè siècle.

 

Première Guerre Mondiale

À la fin de la Première Guerre mondiale, le bilan des victimes civiles est de 152 tués et 213 blessés, celui des dégâts matériels est de 731 immeubles complètement détruits et près de 3 000 endommagés, auxquels s’ajoutent les pillages. Un plan de reconstruction est engagé par Louis Duthoit, remplacé en 1921. En 1924, l’État rejette la demande de dommages de guerre formulée par la municipalité. Une reconstruction moins ambitieuse débute en 1925, dont témoignent quelques façades.

 

Deuxième Guerre Mondiale

Alors que la reconstruction du centre-ville n’est pas terminée, la ville est à nouveau sinistrée par les nombreux bombardements de la Seconde Guerre mondiale, en 1940. Amiens sort du conflit détruite à 60 %.

 

Reconstruction

La ville est reconstruite sur les plans de Pierre Dufau : son plan de reconstruction et d’aménagement est adopté dès juillet 1942. Il repose sur la volonté d’améliorer la circulation par l’élargissement des rues et la densification des îlots.

 

Amiens au XIXè siècle

Industrialisation

Amiens est réputée aux XVIIIè et XIXè siècles pour ses textiles dont le velours d’Amiens. Durant le XIXe siècle, la ville tire profit du développement de l’industrie et est reconnue mondialement grâce à la qualité de sa production textile.

En 1913, la ville compte 38 entreprises de confection. Les quartiers Saint-Leu, Saint-Pierre ainsi que le faubourg de Hem, où prédomine l’industrie textile, contrastent avec la prospérité du centre-ville et de la ville.

 

Urbanisation, équipements et administration

Au cours du XIXè siècle, la ville s’étend et se modernise. Les remparts sont démontés totalement pour laisser place à de larges boulevards qui ceinturent le centre-ville. Durant cette période, la bibliothèque municipale, le musée de Picardie et la Préfecture sont construits.

 

Chemin de fer et tramway

La première ligne de chemin de fer passant par Amiens est construite en 1846, avec la première gare dite gare du Nord : elle permet de relier la ville à Paris. Une deuxième ligne est ouverte à partir de 1847, vers Boulogne-sur-Mer, avec la gare Saint-Roch ; puis, en 1874, un dépôt de locomotives est mis en service. Le réseau de l’ancien tramway d’Amiens naît avec l’apparition du tramway en traction hippomobile, puis en 1899 en traction électrique. Ce réseau fonctionnera jusqu’aux destructions de la Bataille de France, en 1940.