AccueilEnjeux institutionnelsDécentralisation

Décentralisation

Paru le 24 avril 2013 | Publié dans Enjeux institutionnels

1. Qu’est-ce que la décentralisation ?

La décentralisation correspond à un transfert de compétences de l’Etat central vers les collectivités territoriales (régions, départements, communes). Elle vise à rapprocher le pouvoir politique des citoyens et à rendre le service public plus adapté aux spécificités locales.

En France, ce mouvement a débuté en 1982 avec l’acte I de la décentralisation et est toujours en cours. Aujourd’hui, la décentralisation doit faire face à plusieurs problématiques :

  • Le mille-feuille institutionnel : la multiplication des collectivités territoriales et le chevauchement des compétences peut s’avérer coûteux en période de restriction budgétaire, ce qui pose par exemple la question de la suppression des départements ou encore de la réduction du nombre de communes (36 700 soit 40% des communes de l’UE).
  • Le financement des transferts de compétences : pour les élus locaux, les transferts de compétences du fait de la décentralisation, n’ont pas toujours été accompagnés de transferts de ressources suffisants. De son côté, l’Etat veut faire participer les collectivités aux efforts d’économie budgétaire nationaux.

2. Quels gains en visibilité pour les maires ?

La décentralisation a largement bénéficié aux communes et donc à la visibilité des maires, qui possèdent aujourd’hui de larges pouvoirs, notamment en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire.

Dès lors la poursuite de la décentralisation contribuera à faire des maires des personnalités politiques de plus en plus importantes.Les français sont attachés à la figure politique du maire. Si bien que certains analystes considèrent que 2 élections comptent vraiment en France : la présidentielle et les municipales.

Quelques chiffres saisissants :

  • 88 % des français connaissent le nom de leur maire
  • Plus de 70% d’entre eux sont satisfaits de son action
  • 67 % considèrent qu’il est l’élu le plus à l’écoute des problèmes quotidiens
  • 42 % avaient pu dialoguer avec lui sur la période 2001-2008

(Source : Notoriété et proximité, les ressorts de la forte popularité des Maires, Ipsos 2007).

  • En décembre 2012, dans un contexte général de défiance profonde vis-à-vis des institutions politiques, le conseil municipal conserve seul la confiance de la majorité des français.

(Source : Baromètre de la confiance politique, Opinionway, décembre 2012)